Close

Déclaration de Rapha Racing Ltd sur l’esclavage moderne

Cette déclaration a été publiée conformément au Modern Slavery Act 2015 (loi sur l’esclavage moderne). Elle établit les mesures prises par Rapha Racing Ltd (Rapha) durant l’année s’achevant le 31 janvier 2019, afin d’empêcher l’esclavage moderne et le trafic humain dans son activité et sur l’ensemble de sa chaîne d’approvisionnement.

Introduction

La marque Rapha a été fondée en 2004, comme une entreprise de vente en ligne. Depuis, elle s’est développée et dispose de points de vente physiques connus sous le nom de Clubhouses. Ils sont implantés dans 23 villes à travers le monde où le cyclisme tient une place importante. Il existe aussi des Pop-Ups (boutiques éphémères) et des Mobile Clubhouses qui sillonnent les routes.

Chez Rapha, nous avons fondé notre réputation sur notre volonté de maintenir le plus haut niveau de qualité possible et sur notre utilisation de techniques de production parmi les plus avancées, en faisant toujours un clin d’œil aux heures de gloire et à la culture du cyclisme sur route. Afin de maintenir des standards de qualité élevés, Rapha travaille avec les meilleurs partenaires de l’industrie pour proposer des produits allant des survêtements vintage en mérinos aux équipements portés jusqu’à la victoire sur les courses du WorldTour. Le siège de Rapha se trouve à Londres, où la marque a été fondée. Elle a aussi des bureaux régionaux aux États-Unis, en Australie, au Japon et à Hong Kong. Rapha est également présent en dehors du circuit retail, en Suisse, en France, en Autriche, en Allemagne et à Singapour.

Durant cette période, Rapha a travaillé avec 33 fournisseurs (de produits finis) de premier rang du monde entier, installés notamment en Chine, au Vietnam, en Italie, au Portugal et aux États-Unis. Nos fournisseurs sont leaders dans leur domaine. Ils font partie intégrante de la réalisation de notre vision du produit et nous valorisons leur travail. Compte tenu des hauts standards de fabrication et de la réputation des fournisseurs avec lesquels nous travaillons, les conditions de travail offertes par ces derniers à leurs employés sont en règle générale excellentes.

Tandis que notre expansion se poursuit, nous comprenons le risque réel que présentent le travail forcé, la fraude et la coercition qui pèsent sur les employés des chaînes d’approvisionnement mondiales, et nous sommes engagés à lutter contre l’esclavage moderne autant que faire se peut.

Chez Rapha, nous mettons un point d’honneur à ce que nos fournisseurs partagent les fondements de notre éthique ainsi que nos valeurs. Ces valeurs sont décrites dans notre Code de Conduite, en droite ligne avec le Code de Conduite de l’Ethical Trading Initiative (ETI) et les conventions qui régissent l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Nous travaillons en étroite collaboration avec nos fournisseurs pour veiller à ce que ces très hauts standards de condition de travail soient respectés, et nous exigeons que tous nos fournisseurs signent ce document dès la première collaboration. Ce Code édicte, mais sans s’y limiter, les attentes de Rapha en matière de lutte anti-corruption, de lutte contre la discrimination au travail, d’horaires de travail, de liberté d’association et de travail des enfants.

Avant de s’engager à lancer une production avec un nouveau fournisseur, ou sur un nouveau site appartenant à un fournisseur travaillant déjà pour la marque, nous faisons faire un audit social par une société tierce, comprenant des contrôles sur : la santé et la sécurité, l’hygiène, le traitement des aiguilles cassées, les procédures de pointage et les avantages sociaux. Si l’un des points contrôlés n’entre pas en conformité, le fournisseur devra présenter un plan de résolution et un calendrier. Un second audit sera pratiqué afin de vérifier que les améliorations sont bien effectives.

Depuis ses débuts, Rapha entretient une étroite relation professionnelle avec ses nombreux fournisseurs. Afin de maintenir l’intégrité de la relation, nous encourageons la communication en face en face entre notre personnel et les fournisseurs et ce, à tous les niveaux de responsabilité. Nos employés rendent fréquemment visite à nos fournisseurs en personne, visitent l’usine et ses entrepôts. Ceci nous permet d’estimer de visu les conditions sur site de façon régulière. Nos employés connaissent parfaitement les normes que nous jugeons acceptables et leurs retours suite à une visite nous permettent d’évaluer nos fournisseurs de manière continue. Jusqu’à ce jour, nous n’avons pas eu à cesser de travailler avec une usine en raison de médiocres conditions de travail.

Afin d’augmenter encore davantage notre engagement et notre implication, la communication avec nos différents fournisseurs de premier rang est répartie entre les membres de notre équipe Chaîne d’approvisionnement. Ceci permet de veiller à ce que toutes les commandes, les contrôles qualité et les audits sociaux, soient engagés et suivis par la même personne, afin que cette dernière puisse avoir une connaissance globale du niveau de performance d’un fournisseur et répertorier tout grief le cas échéant. Un tel niveau de relation permet d’atteindre une qualité de communication des plus élevées. Ceci nous offre également la capacité d’adopter de nouvelles et plus efficaces façons de travailler.

OBJECTIFS FUTURS

Tandis que Rapha développe de plus en plus son activité, nous sommes engagés à reconnaître notre responsabilité en tant que fabricant. Fin 2018, Rapha a ouvert un poste à temps complet : Responsable de la durabilité. Son rôle est de rechercher activement et d’utiliser des programmes industriels performant visant à contrôler la conformité sociale dans sa chaîne d’approvisionnement. À la suite de cette démarche, Rapha est devenu membre de laSustainable Apparel Coalition (SAC), un groupement de marques de l’industrie textile et de la chaussure, engagé pour améliorer la filière par le biais de la collaboration et du développement d’outils standardisés performants. L’un des avantages majeurs du SAC est sa suite d’outils d’indice Higg, notamment dans ce contexte, le « Facility Social Labour Module » (FSLM), un module d’évaluation des conditions de travail que nous utiliserons afin de nous engager avec nos fournisseurs. Au cours du prochain exercice budgétaire, nous envisagerons de faire appel à d’autres fournisseurs stratégiques en centralisant les audits sociaux par le biais de cette plateforme. Concernant les partenaires de la chaîne d’approvisionnement n’ayant pas encore adopté l’indice Higg, nous travaillerons avec eux seul à seul afin de les rassurer sur ce système et de les convaincre de l’adopter.

Nous tirons activement parti des outils du SAC et de son réseau, afin d’améliorer et de mieux connaître notre chaîne d’approvisionnement. Ce que nous apprenons continuera de renseigner notre politique en matière d’esclavage moderne et de progresser en la matière.

Dans le cadre de la poursuite de nos efforts, nous avons mené une évaluation de notre politique actuelle en matière d’esclavage moderne. Les résultats, conjointement avec la consultation juridique menée par des experts, nous ont permis d’établir un Contrat de service plus rigoureux, qui sera présenté à tous nos fournisseurs de premier rang au cours de l’année à venir. Ce Contrat de service va nous aider à étendre et à renforcer notre Code de Conduite, ainsi qu’à faire respecter notre position en matière de conditions de travail et de pratiques vis-à-vis de l’esclavage moderne.

Simon Mottram, PDG

En vous inscrivant à la newsletter Rapha, vous déclarez avoir lu et accepté nos Conditions générales, et avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité, comprenant le paragraphe portant sur notre utilisation des Cookies.