Close

Roulons ensemble

Les coureuses de CANYON // SRAM nous racontent la façon dont elles sont tombées amoureuses du cyclisme, comment elles font pour être au meilleur de leur forme, et pourquoi plus de femmes devraient faire du vélo.

13 July 2017

#Womens100

Le Women’s 100 est une célébration des joies de rouler à vélo et de la camaraderie qui en découle.

Women's 100

L’équipe CANYON//SRAM Racing est une équipe extraordinaire. Un groupe de femmes très différentes, avec une devise en commun : “meilleures ensemble”. Et course après course, elles montrent toujours la même ténacité et un formidable travail d’équipe. Mais mis à part le peloton professionnel, ces 11 femmes partagent leur passion du cyclisme et souhaitent inspirer des personnes à travers le monde pour les inciter à rouler plus et à rouler en tête#takethelead.

Sur comment l’on tombe amoureux du cyclisme :

« Le 1er juin 2001, j’ai essayé de rouler sur un vélo pour la première fois. J’avais 12 ans, c’était le premier jour des vacances d’été et je suis allée dans un club cycliste. J’ai immédiatement adoré ça et je n’ai jamais arrêté depuis. Ce qui d’abord était un passe-temps amusant est vite devenu un hobby puis un mode de vie. Et maintenant, c’est mon métier. »
Alena Amialiusik
« J’ai grandi dans une famille de footeux. Un jour mon père m’a emmenée voir mon frère jouer. Il y avait plein d’enfants sur le bord du terrain qui roulaient sur leurs vélos. Cela m’a intriguée et j’ai dit à mon père : “j’ai envie d’essayer ça !”, et c’est là que tout a commencé. »
Barbara Guarischi
« J’ai démarré le vélo à l’école et j’ai acheté mon premier vélo en décembre 2008 pour 120 €, chaussures incluses ! Les chaussures étaient carrément trop petites alors je les ai portées en enlevant les semelles. Je n’ai jamais eu l’intention de courir mais un jour quelqu’un m’a conseillé d’essayer et j’ai adoré. J’avais beaucoup de choses à apprendre et j’ai fait beaucoup d’erreurs. Je me rappelle être allée dans un centre d’entraînement de jeunes où il a plu et fait super froid. Je n’avais pas pris de gants mais je me rappelle avoir dit : “j’ai pas besoin de gants !”
Mieke Kröger
« J’ai commencé le vélo lorsque j’avais cinq ans et j’ai tout de suite adoré ça. Mes parents étaient cyclistes et mon père possédait un magasin de vélos, donc c’était un truc qui était déjà dans la famille. Enfant j’étais un vrai garçon manqué, je m’entrainais au cyclocross dans le jardin et dès mon plus jeune âge j’ai voulu être la meilleure. Lorsque j’ai commencé la course, il m’arrivait de battre des garçons, ce qui dégoutait leurs parents, et à 12 ans, j’ai remporté les championnats nationaux devant une fille de 16 ans. »
Pauline Ferrand-Prévot

Sur la camaraderie et le travail d’équipe :

« J’adore l’aspect social de la sortie de groupe, les blagues, les pauses café. Rouler avec d’autres m’aident tellement à me surpasser, surtout lorsque je roule avec des garçons - je les accroche et dans ma tête je me dis “je ne vais pas me faire lâcher, je ne vais pas me faire lâcher !”, je ne vais pas les laisser m’attendre.
Tiffany Cromwell
« En groupe, le temps passe beaucoup plus vite, tandis que cinq ou six heures de vélo seule peuvent paraître une éternité ! Mais au-delà de ça, rouler ensemble ça veut aussi dire pouvoir discuter, s’encourager et se motiver les uns les autres. Et si quelqu’un est un peu meilleur que vous, ça vous donne envie de faire mieux. »
Lisa Brennauer
« Être une équipe c’est être connectée avec les autres membres. Il faut avoir une foi totale les uns dans les autres. »
Hannah Barnes
« Un contre-la-montre par équipe est la meilleure course qui soit dans le cyclisme, parce vous souffrez, gagnez ou perdez ensemble. »
Trixi Worrack

Sur comment être la meilleure possible :

« Parfois être la meilleure n’est qu’une question de confiance en soi. C’est se dire que vous pouvez y arriver. C’est sortir de ce puits de négativité et se battre pour trouver du positif dans les personnes qui vous entourent. »
Tiffany Cromwell
« Je n’envisage pas l’entraînement comme une punition. Pour moi, c’est quelque chose que l’on doit aimer. Chaque matin je me réveille et j’ai envie de rouler, parce que je sais que je vais faire une chose qui va me rendre extrêmement heureuse. »
Pauline Ferrand-Prévot
« C’est grisant d’être devant lors d’une course cycliste mais c’est tellement dur d’y arriver, surtout sur les courses en Belgique. Une fois que vous y êtes, le sentiment que l’on ressent est si fort que même si j’ai très mal, je parviens à surmonter la douleur. Lorsque vous êtes dans un tel état, vous pouvez vous concentrer uniquement sur votre objectif. »
Alexis Ryan
« J’adore monter parce que ça fait souffrir. Comme tout le monde, je trouve ça difficile, mais plus vous souffrez, plus vous pouvez être fière de vous en arrivant au sommet. »
Alena Amialiusik
« Parfois, quand vous êtes dans de bonnes dispositions, votre corps est capable de faire des choses vraiment spéciales. »
Barbara Guarischi

Sur pourquoi plus de femmes devraient faire du vélo :

« Les femmes ont parfois de nombreux doutes sur leur capacité à faire telle ou telle chose, mais ce n’est qu’une question de confiance en soi - beaucoup de femmes cyclistes pensent ne pas être à la hauteur pour faire des courses, mais je leur dit de ne pas avoir peur, que c’est juste du vélo. »
Mieke Kröger
« Le cyclisme ne devrait pas faire peur et pourtant beaucoup de femmes le redoute. Si c’est le cas pour vous, il faut juste trouver le bon moment. Rouler lorsqu’il y a peu de gens sur les routes, rouler lorsque tout le monde fait autre chose, rouler lorsque vous vous sentez le plus en sécurité. »
Elena Cecchini
« Le cyclisme est tellement libérateur. Vous êtes libre lorsque vous êtes à vélo. Le monde qui vous entoure ne vous affecte plus. Et lorsque vous roulez avec des amis, vous créez des liens, vous créez une camaraderie et vous souffrez ensemble. »
Alexis Ryan

#Womens100

Visitez le réseau Women’s 100, où vous trouverez des informations sur les sorties organisées près de chez vous et sur la manière d’organiser votre propre sortie. Rejoignez-nous et roulons ensemble.

Join The Women's 100 Meet The Canyon//SRAM Team

En vous inscrivant à la newsletter Rapha, vous déclarez avoir lu et accepté nos Conditions générales, et avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité, comprenant le paragraphe portant sur notre utilisation des Cookies.