Close
An interview with Jeremy Powers

Un entretien avec Jeremy Powers

Jeremy Powers est l'une des figures les plus inspirantes du cyclisme. Quatre fois champion des États-Unis de cyclocross et leader charismatique d’une horde de jeunes loups talentueux, Rapha est incroyablement fier d'avoir sponsorisé son équipe au cours des sept dernières années.

30 January 2018

Pendant cette période, la popularité du cyclocross en Amérique du Nord a explosé, en grande partie grâce à Jeremy. Suite à l'annonce de la fin de son équipe Aspire Racing, nous lui avons parlé afin d’avoir son dernier mot. Merci J-Pows.

Salut Jeremy, peux-tu nous dire comment l'équipe Rapha-Focus a commencé ?

Je me souviens du premier appel de Slate Olson (alors directeur marketing de Rapha) à propos de cette opportunité, et j'étais super enthousiaste que cette nouvelle marque me soutienne. Slate m'a envoyé la superbe Classic Softshell Jacket, celle avec les fermetures à glissière sous les aisselles, et je suis allé à ma sortie de groupe où tout le monde m’a sorti des trucs du style « mec, elle est tellement stylée ! ». C'était en 2011, quand ce genre de vêtements ne se faisait pas encore. Peu de temps après, nous avons commencé à tout mettre à plat avec les autres sponsors et il était très clair qu'ils allaient en faire tant et plus. Il n'y avait pas de limite à ce qu'ils donneraient pour me permettre d'être le meilleur.

Y a-t-il des souvenirs des sept dernières années qui ressortent vraiment ?

Je garde d'excellents souvenirs de mon premier titre national en 2012 parce que Slate et Scott Ritschoff (alors PDG de Focus Bikes) venaient aux courses et étaient présents ce jour-là. Je ressentais une pression énorme à l'époque. Je n'avais jamais remporté de titre national au cours de ma carrière, j'étais donc très, très nerveux. Je me souviens de l’accolade avec ces gars-là après la ligne d'arrivée et de m’être dit : « c’est pas mal, non ? Vous y mettez de l'argent et de l'énergie et ensemble nous avons fait quelque chose de vraiment excteptionnel. » Le fait que leur soutien m'ait permis d'être le meilleur est quelque chose dont je serai toujours reconnaissant.

Il y a tellement de bons souvenirs, comme quand j'ai gagné CrossVegas. C'était en 2012, ma première année en tant que champion national, et j'ai gagné cette course avec conviction. Il y avait beaucoup de grands coureurs européens, comme Lars van der Haar et le jeune Wout van Aert, et j'étais vraiment fier d'avoir remporté ce titre en tant que champion national dans une magnifique nouvelle tenue.

Quels ont été tes produits et tenues Rapha préférés au fil des années ?

Le produit Rapha que je préfère est la Pro Team Jacket. Elle a une partie avant coupe-vent et une partie arrière extensible. J'aime la porter quand je fais des fractionnés car vous pouvez vous y échauffer ou y faire votre retour au calme facilement. Ensuite il y a les épaisses jambières en mérinos, les tours de cou, les cuissards doublés... Le genre de choses qui améliorent grandement votre journée.

En ce qui concerne les tenues, ma préférée est celle de 2012. J'avais une tenue de champion national blanche à manches courtes et une version noire à manches longues. Je trouvais que tout cela avait l'air vraiment cool, et Oakley avait fait des lunettes personnalisées assorties à l’ensemble. C’était super pro.

Tu as longtemps été impliqué dans le développement des talents des jeunes coureurs, dont plus récemment ceux de tes coéquipiers Ellen Noble et Spencer Petrov. Pourquoi donc ?

Quand j'ai réalisé que mon objectif d'atteindre le podium d'une Coupe du Monde UCI ou de Championnats du Monde n'était plus réaliste, je me suis tourné vers des gens comme Ellen Noble pour le faire. Offrir à Ellen cette plateforme et cette formule pour monter sur le podium d'une Coupe du Monde [Ellen y est parvenue pour la première fois en septembre 2017] correspond à ce que j'aime : être de ces gens qui aident les autres à faire de leur mieux. En tant qu'êtres humains, nous faisons toujours attention à nous-mêmes, donc mes souvenirs de course comptent plus pour moi que les heures de gloire d’Ellen par exemple, mais mec, ces moments sont proches. Je me souviens de ce que j'ai ressenti l'année dernière lorsque j'étais dehors en train de rouler et que je recevais des notifications disant qu'Ellen pourrait gagner les championnats du monde des moins de 23 ans. Tout ce que je pouvais me dire c’était « oh mon Dieu, c'est fou ! »

Qu’est-ce que l’avenir réserve à J-Pows ?

C'est un peu indéterminé. J'ai vraiment essayé de gagner les championnats nationaux cette année [Jeremy est arrivé en deuxième position après Stephen Hyde]. C'était mon objectif, et si je l'avais fait, j’aurais pu mourir heureux. Mais que je gagne quatre ou cinq titres, ça ne change rien. Je ferai toujours du vélo, et ce sera toujours ma passion. Que je me retrouve avec un emploi dans le milieu, que je lance quelque chose dans ma ville ou que je finisse par entraîner quelques coureurs, tout est ouvert – je n'ai rien de concret à partir du 1er mars. Je n'ai signé aucun contrat et mes options sont complètement ouvertes. J'attends juste de voir quelles portes s'ouvriront vraiment après cette annonce. Je courrai peut-être une autre année, et si je le fais, ce sera essentiellement comme équipier, avec les championnats nationaux en ligne de mire.

Un dernier mot ?

Je suis juste extrêmement reconnaissant. Toutes les bonnes choses ont une fin, et c'est le moment idéal pour réfléchir et être reconnaissant. Et de la gratitude, ça j’en ai. Rapha m'a permis d'avoir des histoires à regarder avec mes enfants sur internet. Contrairement aux autres coureurs, je n'ai jamais regardé vers un sponsor en pensant « que pouvez-vous faire pour moi ? », mais je l'ai toujours fait en me disant « que puis-je faire pour eux ? ». Je me suis rendu compte que Rapha me donnait l'opportunité de poursuivre ma quête, donc j'ai vraiment le sens de la gratitude, et la capacité de vivre une bonne partie de mes rêves. Je veux aider les gens, rouler, apprendre, rencontrer des gens et faire partie de quelque chose qui compte beaucoup pour beaucoup de gens, c'est ce qui me fait sourire tous les jours.

Une déclaration de Hillary Benjamin, Chef de Rapha Amérique du Nord :

« Rapha est absolument honoré d'avoir fait partie d'un groupe de personnes aussi efficace, brillant et amusant. Nous faisons partie de la famille élargie de Jeremy depuis près de huit ans et elle nous a incroyablement bien représenté, notre marque et nous. Je pense que tout le monde connait le long palmarès de Jeremy et ses exploits avec Aspire Racing, notamment ses titres nationaux, ses médailles de champion du monde et ses podiums en coupe du monde. Et n'oublions pas la remarquable relève formée par Ellen Noble et Spencer Petrov.

Mais en parallèle de ces fantastiques exploits, nous sommes surtout honorés d'avoir notre petite part dans ce que cette équipe a apporté au cyclocross. Alors que nous revenons sur ce qui a vraiment été une incroyable virée ensemble, nous avons mutuellement décidé de ne pas poursuivre notre partenariat pour la saison 2018/2019. Rapha réfléchit actuellement à d'autres façons de continuer à s’investir dans le cyclisme américain et sa scène professionnelle. Bien évidemment, nous souhaitons à Jeremy et à l'équipe d'Aspire Racing tous les succès et le bonheur possibles.

Lorsque ce programme a été lancé en 2011, son ambition était d’être un véritable moteur au sein de l’excitante communauté émergente du cyclocross. Nous sommes convaincus d’y être parvenus – et bien davantage – grâce à ce partenariat. Nous aimons les coureurs et l’équipe avec qui nous avons travaillé au fil des ans. Nous les considérons comme des amis et nous savons que nos bonnes relations se poursuivront dans les années à venir. »

En vous inscrivant à la newsletter Rapha, vous déclarez avoir lu et accepté nos Conditions générales, et avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité, comprenant le paragraphe portant sur notre utilisation des Cookies.