Close

Le Tour de Taïwan du Rapha Cycling Club

Arrivant bientôt au terme d’une année sabbatique à Taïwan, un membre du Rapha Cycling Club, Daniel McCallig, a rejoint d’autres membres du Club du chapitre de Taipei pour une autre sortie mémorable.

Prologue

Arrivant au terme de mon année sabbatique à Taïwan, j’ai réalisé que je n’avais pas vu beaucoup de pays en-dehors de Taipei. Puis un jour, alors que je faisais du shopping au Clubhouse de Taipei, Tsai, l’assistant manager du Clubhouse me dit comme ça : « On organise un Tour de Taïwan ».

Je me suis dit : super, voilà une occasion de visiter l’endroit à vélo. Quelques jours plus tard, après m’être inscrit, il me dit comme ça : « Alors, tu nous suis sur le tour ? » Et avec un sourire, « Ce sera ton examen de passage de Taïwan ». Je n’avais aucune idée du poids que ses mots allaient prendre.

Pour un amateur de niveau moyen, toute sortie de plus de 100 km peut sembler très long. Comment ai-je pu croire que j’allais pouvoir endurer ce type de distance jour après jour ? Cela demeure un mystère. Mais toujours est-il que j’ai tout de même fait mes bagages et que je me suis jeté tête baissée dans cette aventure vers l’inconnu.

Première étape

Taipei –Taichung, 171 km

Réveil 5 heures. Les sorties démarrent tôt le matin pour éviter la chaleur de la mi-journée. Nous sommes partis du Clubhouse de Taipei avec d’autres membres du RCC pour effectuer les premiers 50 km en éclaireurs. Au demi-tour vers Taipei, de 30 cyclistes, on passa à 7. « Voilà, on y est. »

Deuxième étape

Taichung – Chiayi, 159 km

La première vraie ascension du tour. Nous avons atteint le sommet vers 9 heures, trempés de sueur, et nous nous sommes arrêtés dans un petit café. Ray distribua des œufs durs à la taïwanaise, et je remarquai un groupe de cyclistes locaux qui sirotaient des bières fraîches. C’est ça qu’il faut faire pardi !

Pour rouler sur ce type de distance, jour après jour, pendant sept jours, tout doit être tourné vers la fin de l’étape. S’hydrater, se « cafféiner », manger, et appliquer de la crème solaire – notre rituel à chaque heure.

Troisième étape

Chiayi – Tainan, 127 km

Aujourd’hui nous sommes arrivés à Tainan, la ville natale de notre compagnon de route, Ahsien Yen. Nous avons mangé dans son resto de plats en sauce favori et rencontré sa famille, une touche personnelle fort agréable.

Chaque nuit dans mon lit, je sentais encore les mouvements de la route ; les tournants et les virages dans les descentes, les coups de pédales et l’impression de balancement que l’on ressent après huit heures passées sur la selle chaque jour. Souvent, mes pensées étaient tournées vers Mark Beaumont, qui a récemment battu un record de tour du monde à vélo en 79 jours. Il passa tellement de temps en selle qu’à la fin du périple il lui était difficile de marcher.

Quatrième étape

Tainan – Manzhou, 181 km

Nous sommes arrivés à la pointe la plus au sud de Taïwan après avoir passé le point juste au centre. Tout était un peu confus et j’ai même failli m’effondrer sur le vélo à cause de la chaleur et du vent de face. Je n’avais plus rien dans les jambes. Je délirais.

Tandis que nous roulions à travers les collines du Kenting National Park, le soleil se coucha et les vues que nous avions étaient grandioses. Quelle prouesse.

Cinquième étape

Manzhou – Chenggong, 181 km

La plus longue journée du tour démarra par une montée torride à 80 % d’humidité. La descente était magnifique, avec un petit vent de dos qui nous poussait vers le nord, le long de la route côtière coincée entre la mer et les montagnes.

Ce fut la plus dure journée de vélo que je n’ai jamais connue et tout mon corps était consumé par l’épuisement. Mais il n’y a pas de gloire sans souffrance.

Sixième étape

Chenggong – Nan'ao, 181 km

L’étape-reine démarra par une montée au départ du Pacifique et une plongée dans une vallée de rizières luxuriante. J’avais mal partout : aux fesses, au dos, au cou, aux mains et aux pieds. Allez ! C’est parti pour l’étape finale vers Taipei demain, on rentre à la maison.

Septième étape

Nan'ao – Taipei, 181 km

Énergie, adrénaline, puissance et excitation de rentrer à la maison.

Nous sommes passés par le plus vieux tunnel de Taïwan, maintenant converti en piste cyclable, avant de nous arrêter dans un lieu réputé pour ces « lunchbox » - un repas traditionnel taïwanais à emporter rendu populaire par le chemin de fer gouvernemental.

Après avoir dû nous frayer un chemin dans la circulation à laquelle nous n’étions plus habitués, nous avons été accueillis en héros à notre retour au Clubhouse et chacun de nous a reçu une rose. La camaraderie à son apogée. Là, on m’a remis un maillot du RCC signé par tous mes compagnons de route et par les employés du Clubhouse. Un magnifique souvenir de notre périple et de mon passage à Taïwan.

Épilogue

C’est l’une des choses les plus difficiles que j’ai faites dans ma vie, mais aussi l’une des meilleures. Cette expérience m’a changé et quand je repense aux mots de Tsai au Clubhouse, je comprends pleinement leur teneur. J’ai tant appris : sur le pays, sur le cyclisme, sur moi-même et sur mes limites en termes d’endurance mentale et physique.

« Ex Duris Gloria ». J’ai réellement compris le sens véritable de cette devise durant le Tour de Taïwan - sept jours de souffrance, mais une vie entière de gloire.

ROULEZ AVEC NOUS

Le Rapha Cycling Club est le premier club cycliste en son genre. C’est un club actif qui roule et court, et qui a pour but de réunir des passionnés de cyclisme sur route du monde entier. Ce club est accessible à tous et à tous les niveaux.

Join the Rapha Cycling Club

Nous allons bientôt cesser d’être compatible avec votre navigateur.

Si vous continuez de naviguer sur Rapha.cc en utilisant votre navigateur actuel, vous risquez de rencontrer des difficultés. Nous vous conseillons de télécharger l’un des navigateurs modernes ci-dessous pour profiter au maximum de toutes les fonctionnalités du site Rapha.cc.

Je ne peux qu’utiliser IE11

Merci de nous en avoir informé

Veuillez ne pas tenir compte de ce message