Close

Demande à la poussière

Rencontrez Luke Cryer, le rider stylé du Staffordshire, celui qui a troqué sa vie de compétiteur pour tracer ses propres lignes dans les bois.

21 October 2022

Rares sont les moments où Luke Cryer n’est pas tout couvert d’une couche de terre. La crasse recouvre son jeune visage, sa tignasse blonde en désordre, son corps maigre. Et ça lui va bien. Cela lui donne un teint argileux éclatant et intemporel. Le rider de Stone est ici dans son élément. Sa vie semble tourner autour de la terre, qu’il s’agisse de la creuser ou de rouler dessus.

Le travail que Luke effectue pour creuser des lignes rend difficile la différenciation entre flux de pumptrack à grosses bosses, doubles murs bien relevés et pistes de freeride classiques et sinueuses sculptées à travers bois. C’est un rider pur cru dont les compétences sont ancrées dans le BMX. Il a également été coureur - deux médailles de champion du monde en 4X pendent toujours au rétroviseur de sa voiture, preuves tangibles de sa rapidité sur un circuit. À une époque, Luke définissait le succès par sa position sur une feuille de résultats. Mais sa définition personnelle du succès a beaucoup évolué depuis.

« Le succès a changé pour moi au fil des ans. Ça a été beaucoup de choses différentes. Pour moi réussir c’était gagner des courses ou monter sur le podium. Mais maintenant, je me trouve totalement à l’opposé de ces désirs-là. Pour moi le succès c’est juste faire quelque chose qui te rend heureux. Être insouciant, n’en avoir rien à foutre - c’est ça le succès : c’est faire quelque chose qui te plaît vraiment. »

On a un peu l’impression que Luke choisit consciemment de renoncer aux notions traditionnelles de réussite matérielle pour préserver sa santé mentale. Après avoir subi un traumatisme crânien dans un accident de pumptrack, le chemin à parcourir vers le rétablissement a été long pour Cryer. Son retour au vélo s’est fait progressivement. Il a passé une bonne partie de son temps au fond des bois, à creuser et à sculpter des pistes et à rêver de pouvoir refaire du vélo. Le point culminant de sa convalescence a été l’achèvement d’une section de sentier sur laquelle il avait travaillé pendant des mois.

« J'étais vraiment au plus bas et je me sentais mal. C’était juste après mon trauma crânien et je n’avais pas refait de vélo depuis un moment. Il pleuvait, il neigeait même parfois pendant que je creusais. Je me disais ‘‘fais le taf pour que le taf soit fait’’. Mais après, une fois que tout fonctionne, la récompense est incroyable. C’est un sentiment carrément magique. »

La magie ne vient pas seulement du résultat : elle réside dans tout le processus. C’est ce qui nous unit en tant que VTTistes. Le travail nécessaire à la construction de la ligne parfaite ou au fignolage des pistes près de chez vous ne se limite pas à une simple balade. Alors continuez de creuser.

Nous allons bientôt cesser d’être compatible avec votre navigateur.

Si vous continuez de naviguer sur Rapha.cc en utilisant votre navigateur actuel, vous risquez de rencontrer des difficultés. Nous vous conseillons de télécharger l’un des navigateurs modernes ci-dessous pour profiter au maximum de toutes les fonctionnalités du site Rapha.cc.

Je ne peux qu’utiliser IE11

Merci de nous en avoir informé

Veuillez ne pas tenir compte de ce message