Close

Abrazos

Découvrez les rois des grimpeurs

20 August 2017

ABRAZOS est un nouveau documentaire Rapha qui rend hommage à la culture du cyclisme en Colombie. Ses protagonistes sont les grands coureurs qui ont défini le cyclisme dans leur pays et qui restent une source d'inspiration pour la jeune génération des escarabajos. Faites leur connaissance ci-dessous.

LUCHO HERRERA

Premier vainqueur sud-américain d'un Grand Tour et victorieux dans les classements de la montagne du Tour de France, du Giro d'Italia et de la Vuelta, Lucho Herrera est le plus grand grimpeur jamais créé par la Colombie.

El Jardinerito (le Petit Jardinier) a été huit fois vainqueur d’étape sur un Grand Tour et vainqueur du général de la Vuelta 1987, mais son plus grand succès a sans doute été d'ouvrir la voie aux cyclistes colombiens pour courir – et être respectés – en Europe.

Lucho a prouvé que les Colombiens – jusque-là peu considérés – avaient les jambes et la tête pour battre n'importe qui et ses victoires sont à tout jamais gravées dans le cœur et l'esprit de ses compatriotes.

Lors du Tour 1985, de Morzine à Avoriaz, il a battu Hinault de sept secondes. Plus tard dans la même semaine, il a de nouveau levé les mains à Saint-Étienne alors que le sang coulait sur son visage. En 1987, il est devenu roi de Covadonga, lâchant Sean Kelly – autre « Roi » – pour gagner l'étape avant de remporter la victoire du général et le classement de la montagne. Puis vint le Giro 1989, où il traversa un brouillard épais pour aller chercher une victoire d'étape sur le sommet enneigé des Tre Cime di Lavaredo. Ces victoires ont forgé la légende de Lucho.

De nature extrêmement réservée, Herrera était la caricature même du modeste paysan de la campagne colombienne. Quand il parlait, il le faisait de manière sélective et à voix basse, préférant communiquer par ses coups de pédale.

Il était également remarquablement costaud, contrairement à l'archétype des petits grimpeurs fragiles, possédant ce que les Colombiens appellent de la berraquera (la capacité d'accomplir de grandes tâches grâce à un courage et une détermination innés) à revendre. Par-dessus tout, c'est peut-être cela qui a permis à Lucho Herrera de surmonter et d'accomplir tant de choses.

JOSÉ PATROCINIO JIMÉNEZ

Au début du Tour de France 1963, José Patrocinio Jiménez est en colère : « arrête de faire le con » aboie-t-il à son coéquipier Edgar Corredor. Corredor avait timidement demandé des autographes à d’éminents coureurs européens, poussant Jiménez à lui dire : « Nous sommes aussi bons qu’eux. »

Corredor avait de bonnes raisons d'être nerveux. Ce Tour était la première grande course à laquelle los escarabajos (« les scarabées » – le surnom donné aux coureurs colombiens) participaient ensemble. Amateurs, connaissant peu les tactiques européennes, méprisés par le peloton et même discriminés racialement par les autres coureurs, les colombiens sont arrivés en priant pour un miracle.

Heureusement, ils avaient Jiménez. Un coureur explosif qui a pris son envol dès que la route s’est élevée. Il a pris la 17e place au classement général et la 2e place au classement de la montagne après l'avoir dominé plus tôt. Il a même pris une 2e place lors d'un contre-la-montre au Puy-de-Dôme derrière la légende espagnole Pedro Delgado.

Précurseur des réalisations de Lucho Herrera, ses performances ont été importantes pour l'avenir du cyclisme colombien. En déposant Robert Millar lors d'une étape sur le Col du Tourmalet, Jiménez a su prouver qu'un Colombien pouvait, dans ses bons jours, être le plus grand grimpeur. Il a donné la foi à ses compatriotes – et à ses camarades – qui écoutaient la retransmission radio à la maison.

Par la suite, Patro passa pro dans une équipe espagnole, prenant la septième place au classement général de la Vuelta, avant de revenir dans l'équipe Café de Colombia, désormais mythique, où il fut capitaine de route pendant les années de gloire de Lucho.

Avec une armoire de 500 trophées et vivant toujours à Boyacá, Jiménez continue à gagner sa vie dans le cyclisme en conduisant des photographes sur les plus grandes courses de Colombie. Et il est toujours très ami avec Lucho.

MARTÍN RAMÍREZ

Le récit de la victoire de Martin Ramírez en 1984 sur le Critérium du Dauphiné est assez extraordinaire. El Negro courait pour Leche Gran Via, la deuxième meilleure équipe nationale colombienne derrière la Varta de Lucho Herrera, et ils n’avaient été invités à courir en France que parce que Varta ne pouvait envoyer d’équipe.

Cet été était également le premier voyage de Ramírez en Europe. Mais il était en pleine forme et a pris le maillot de leader après quelques jours. Sur la dernière étape, la légende française Bernard Hinault voulait désespérément gagner et essayait tous les trucs douteux qu'il pouvait pour battre Ramírez. Selon Ramírez, le quintuple vainqueur du Tour de France a insulté le Colombien en criant « cocaína » tout en reniflant à plusieurs reprises, freiné brusquement dans une tentative de faire chuter Ramírez derrière lui, et envoyé ses coéquipiers pour donner des coups de poing et des coups de coude.

Mais El Negro – toujours coureur amateur à l’époque – s’est battu pour garder sa place, au point de rafler la plus inattendue et brillante des victoires. Encore mieux, après avoir reçu ce soir-là un appel téléphonique du président colombien Belisario Betancur, Ramírez a réprimandé le chef de son pays en disant : « Nos athlètes ont besoin d'une reconnaissance et d'un soutien constants, pas seulement dans leurs moments de gloire. » Quelques semaines plus tard, un décret présidentiel a été publié disant que le gouvernement soutiendrait davantage le cyclisme.

L'année suivante, Ramírez a remporté le Tour de l'Avenir – alors la deuxième course la plus importante de France – et reçu un autre appel téléphonique présidentiel. Cette fois-ci, Ramírez a plaidé pour ses propres intérêts en demandant à Betancur d'annuler les frais qu'il était obligé de payer sur une maison qui lui avait été attribuée pour avoir remporté le Dauphiné l'année précédente. Une fois de plus, Betancur a accepté, et Ramírez a eu sa maison en échange de son apparition dans quelques publicités sur la chaîne nationale.

El Negro a pris sa retraite en 1990 et lancé sa propre entreprise. Mais il a toujours faim de victoire et court régulièrement la version vétéran de la Vuelta a Colombia.

ÓSCAR VARGAS

Óscar Vargas, un homme à qui le cyclisme a donné autant qu’il a pris, a quitté la Colombie en 1985 à seulement 21 ans pour rouler pour l'équipe espagnole Kelme. Enhardi par le chemin parcouru par Herrera et Jiménez, les succès de l'Antioquian en Europe ont atteint leur paroxysme avec la troisième place du classement général et le maillot de meilleur grimpeur de la Vuelta 1989.

Malgré sa vie à l'étranger en Espagne, Vargas n'a pas échappé à la violence qui sévissait en Colombie durant cette période. Son père a été tragiquement tué par des assassins et Vargas a lui-même reçu des menaces téléphoniques sans jamais savoir pourquoi. Incapable de quitter la maison pour s'entraîner, il a été forcé de prendre sa retraite plus tôt et il a quitté le milieu pour ouvrir une entreprise laitière à Barcelone.

Plusieurs années plus tard, lorsque la Colombie est devenue plus stable, la fédération nationale de cyclisme a demandé à Vargas de revenir en tant que directeur sportif pour aider à développer la future génération de coureurs talentueux. Son amour du cyclisme ne l'ayant jamais quitté, Vargas est retourné dans son pays natal en 2012. Depuis, il travaille pour l'équipe Manzana Postobón et sera avec eux à la Vuelta a España 2017.

MARTÍN EMILIO « COCHISE » RODRÍGUEZ

Jeune adolescent, Martín Emilio Rodríguez – plus connu sous le surnom de Cochise – livrait des ordonnances pour une pharmacie. Il pédalait si fort et si vite dans la ville de Medellin, qu’il n’est pas étonnant qu’un entraîneur de cyclisme se soit arrêté pour le signer.

Cochise était une rareté dans le cyclisme colombien : un parfait rodador, c’est-à-dire qu’il pouvait tout faire. Tandis que la plupart de ses compatriotes pouvaient avaler les côtes mais être limite ailleurs, Cochise a été champion du monde de poursuite individuelle sur piste et recordman amateur de l’heure, ainsi que deux fois vainqueur d'étape du Giro et quatre fois vainqueur de la Vuelta a Colombia.

De plus, Cochise a couru de la fin des années 1960 à 1980, soit une génération avant Lucho et alia. Quand les petites manigances politiques ont vu un membre jaloux de la fédération colombienne le forcer à participer aux Jeux Olympiques de 1972, la réponse de Cochise est devenue célèbre, même en dehors du cyclisme : « En Colombie, il y a plus de gens qui meurent d'envie que de cancer ».

Après sa retraite, Cochise est entré en politique, travaillant comme attaché culturel en Italie, où il avait couru pour la prestigieuse équipe Bianchi.

AGUSTIN « TINNO » HINCAPIE

Agustin Hincapie, autre coureur polyvalent de l'époque de Cochise, a couru sur route et sur piste dans les années 1960 et 1970. Toutefois, plus que la compétition, la passion de Tinno portait sur les cadres de vélo. Il passait des heures à étudier les modèles italiens ultramodernes que son rival Cochise Rodríguez rapportait à la maison de ses courses en Europe.

Après sa carrière de coureur, Hincapie s’est consacré à sa passion en fondant Tinno Cycles en 1977. Depuis, son habileté à construire des cadres et à les réparer est devenue célèbre en Colombie et ailleurs. La star vénézuélienne Efraín Rodríguez a notamment établi trois records du monde de cyclisme sur piste monté sur des cadres de Tinno.

LUZ MARINA RAMÍREZ

Autre pionnière du cyclisme colombien, Luz Marina Ramírez a intégré la première équipe de cyclisme sur route de Colombie en 1984. Luzmila était puissante sur le plat et rapide dans les descentes, capable de se mesurer aux meilleurs amateurs du pays, en finissant très souvent dans les 10 premiers.

Aujourd'hui, Luz Marina entraîne de jeunes cyclistes féminines, bien que son autre grande passion soit le cinéma. Ainsi, La Vereda Films est un collectif de cinéastes communautaires de Bogotá dirigé par Ramírez. Difficile de trouver figure plus inspirante.

OLIVERIO CÁRDENAS

Connu comme El Terrible, Oliverio Cárdenas était l'un des grands sprinters colombiens des années 1970 et 1980. Au cours de ses 18 ans de carrière, il a remporté cinq fois le classement par points de la Vuelta a Colombia et a représenté son pays dans le monde entier.

Lorsque ses jambes de sprinteur ont commencé à ralentir, El Terrible est devenu grimpeur. Cela a sans aucun doute joué en faveur de sa reconversion en tant qu’entraîneur d’Esteban Chaves, le talentueux grimpeur qui a obtenu la 2e place du Giro l'an dernier, et gagné Il Lombardia, l’une des courses d’un jour, Monuments du cyclisme.

Cárdenas est profondément respecté pour son travail auprès de Chaves, avec lequel il a collaboré pendant près de 15 ans. Il a également été directeur sportif de nombreuses grandes équipes locales colombiennes. Cette année, Nairo Quintana lui a demandé de diriger l’équipe UCI Continental de son centre de formation, Boyacá es Para Vivirla.

PABLO WILCHES

Pablo Wilches est la figure de proue d'une dynastie cycliste familiale. Aîné de huit frères, Pablo travaillait toute la journée dans les champs avant de s'entraîner le soir. Réalisant qu'il pourrait mieux subvenir aux besoins de sa famille à vélo, Pablo a pris le risque de vendre le seul objet de valeur qu'elle possédait, un cochon dodu, afin d'acheter une meilleure bicyclette.

Après s'être astreint à un régime d'entraînement épuisant, au cours duquel une journée moyenne pouvait le voir grimper au long des 280 km de routes montagneuses entre Faca et Honda, Pablo a développé une force physique et mentale impressionnante. Il a commencé à gagner des courses.

Surnommé La Bestia (La Bête) pour sa capacité à attaquer sur le grand plateau dans des montées abruptes, Wilches a couru trois Tours de France, un Giro d'Italia et cinq Vueltas a España. Tout comme Lucho Herrera, 1987 fut la plus belle année de Pablo. Il a remporté son premier et unique titre de la Vuelta a Colombia en battant Lucho lui-même, et a été dans le top dix du Tour de France de la même année, jusqu'à ce qu'il soit forcé d’abandonner lors de l'avant-dernière étape.

Don Pablo n'était pas le seul Wilches à faire du vélo. Après avoir encouragé sa fratrie à rouler dans ses traces, ses frères Pablo, Marco, Gustavo et Ricardo ont tous couru pour Postobón en 1989. La dynastie « La Wilcheria » perdure encore aujourd'hui puisque Pablo dirige le Team Wilches, une équipe professionnelle colombienne pour laquelle courent ses fils Juan Pablo et Norberto.

JOSÉ DUARTE

Membre de la première génération de pionniers colombiens, José Duarte a participé à des compétitions internationales à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Il a couru avec des légendes telles que Fausto Coppi et il est devenu champion national de course sur route en 1959. Mais il est surtout connu pour les cadres de vélo qu'il a construits depuis sa retraite.

Duarte a fabriqué plus de 6 000 cadres au cours des quatre dernières décennies, et ses vélos ont remporté six Vueltas a Colombia (plus d'un tiers du peloton roulait sur cycles Duarte lors de l’édition de 1978), ainsi que le Tour de l'Avenir en 1985. Ami des gros bonnets et des politiciens, Duarte a même construit des cadres pour le baron de la drogue Pablo Escobar, qui possédait une équipe cycliste dans les années 1980. Aujourd’hui, Duarte s’apprête à prendre sa retraite. C’est l'un des derniers d’une lignée mourante de fabricants de cadres artisanaux en acier.

Ces portraits ont été réalisés à l’aide des archives des journaux colombiens et de l'excellent blog Alps & Andes – merci Klaus.

Nous allons bientôt cesser d’être compatible avec votre navigateur.

Si vous continuez de naviguer sur Rapha.cc en utilisant votre navigateur actuel, vous risquez de rencontrer des difficultés. Nous vous conseillons de télécharger l’un des navigateurs modernes ci-dessous pour profiter au maximum de toutes les fonctionnalités du site Rapha.cc.

Je ne peux qu’utiliser IE11

Merci de nous en avoir informé

Veuillez ne pas tenir compte de ce message