Close
Rapha Outskirts Collection

La Collection Outskirts

Édition spéciale pensée pour l’exploration, inspirée par des aventures aux Vietnam.

06 September 2019

Rien de ce qui en vaut la peine n'est jamais facile. Un truisme aussi vieux que le cyclisme. Et il y a très certainement des endroits bien plus faciles à parcourir à vélo que la longue chaîne montagneuse du Vietnam, qui s’étire sur plus de 1 500 kilomètres à vol d’oiseau. Sauf, que vous ne pouvez pas voler. Le pays est recouvert en quasi totalité par une jungle dense et impénétrable, et les quelques routes qui existent le long de la côte sont envahies par le trafic incessant des scooters, minibus et camions qui traversent le pays de bas en haut et de haut en bas. Dans les terres, un patchwork de voies non pavées permet de passer d’un champ à l’autre, d’une ville à la suivante. Il est donc difficile de se faufiler dans cette étendue - et ce n’est pas monnaie courante pour le cycliste moyen.

Mais il faut dire que l’option facile n’a en fait jamais vraiment été une option pour les frères, qui ont créé Thereabouts ou sa suite, Outskirts, et qui revendiquent - peut être plus haut que d’autres - une approche différente du cyclisme. Lachlan et Angus Morton, les deux frères australiens qui ont su capter un public à travers le monde grâce à leur approche radicale d’un sport plutôt traditionnel, ont roulé très loin dans l’outback australien, à travers des chaînes montagneuses aux États-Unis et en Europe, ainsi que sur les innombrables pistes de terre qu’il pouvait y avoir tout autour. Le premier a récemment parcouru le Royaume Uni dans toute sa longueur via un parcours quasi infranchissable, juste quelques semaines après avoir fait 3e sur Dirty Kanza, l’une des plus célèbres courses de gravel du monde. Le second a traversé les USA par la Route 66 et le Nord-Est du Canada par la TransLabrador Highway, avant de se faire rudoyer par la météo hivernale d’Europe de l’Est au début de l’année. On les voit rarement dans les lieux faciles à visiter à vélo.

Cependant, une virée de sept jours au départ d’Hanoï - la capitale du Vietnam au nord - vers Ho Chi Minh au sud, apparaissait aux deux frères comme une toute autre possibilité. Non pas en raison de la longueur du trajet ou de son dénivelé - ces rouleurs ont conquis bien, bien pire - mais pour son apparente incompatibilité avec un engin à deux roues capable de se mouvoir sans moteur. Le cyclisme n’est pas une activité très répandue dans ce coin-là et il est aisé de comprendre pourquoi.

La température au mois de juillet descend rarement en-dessous de 33 degrés et le taux d’humidité demeure constamment à 100 %. Le moyen de transport public le plus répandu, le train, est, c’est le moins que l’on puisse dire, plutôt réticent aux vélos à bord. Il y a des autoroutes et des chemins de gravel, mais rien entre les deux, pas plus qu’il ne semble exister de code la route. La seule source d’hydratation prête à consommer est une boisson isotonique appelée Revive. Sa saveur est carrément toute autre que celle du citron dont elle se targue et elle est quasiment toujours servie à température ambiante, c’est-à-dire à un bon 33 degrés.

Le Vietnam est donc l’endroit parfait pour tester une collection Outskirts en raison des défis qu’il présente, et les quelques courageux qui décident de l’explorer à vélo sont récompensés par des paysages à couper le souffle, par l’accueil chaleureux des habitants et par un régal des sens. Tout comme pour les précédents voyages à la lisière de l’extrême, notre trip vietnamien de A vers B nous a permis de tester notre persévérance, notre patience et un certain penchant pour les très fortes chaleurs. Mais en échange, il a décuplé notre appétit pour les frontières les moins fréquentées, fourni assez de souvenirs pour remplir à ras-bord un sac week-end Supreme et renforcé notre conviction que même les plus étranges conditions peuvent être surmontées à vélo.

Le voyage a démarré par une acclimatation : un aller retour de 100 km jusqu’aux contreforts au-delà des limites de Hanoï, puis un train de nuit vers Hue et un périple à travers champs de trois jours le long de la côte puis dans les montagnes. Ayant séjourné à Hoi An et DaLat, les grandes villes les plus hautes du Vietnam, le trio a parcouru des centaines de kilomètres avant de s’établir enfin à Saïgon.

Inspirée par les voyages des Morton, puis testée par les deux frères et leur ami de toujours, Pat Drapac, la collection Outskirts est faite des meilleurs produits de Rapha conçus spécialement pour l’exploration. La gamme, dessinée en collaboration avec Lachlan, a pu être développée grâce à leur vécu lors d’aventures étalées sur plusieurs jours, dans des conditions chaudes et humides, là où confort, respirabilité et protection revêtent une importance cruciale. Basé sur notre offre Core, le Cargo Bib Shorts, ici dans des couleurs inspirées par le Vietnam, s’associe à deux T-shirts techniques en édition spéciale, l’un manches courtes, l’autre manches longues, pour offrir une tenue à la coupe décontractée permettant toutefois de garder le principal sous la main. La collection comprend également un coupe-vent extrêmement léger, un T-shirt en coton et une casquette, inspirés par leur périple. Voilà des vêtements faits pour les routes les moins empruntées, pour les cyclistes qui s’intéressent peu au prévisible et au banal. Des vêtements faits pour les aventuriers, ceux qui roulent à la lisière, dans les « outskirts ».

En vous inscrivant à la newsletter Rapha, vous déclarez avoir lu et accepté nos Conditions générales, et avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité, comprenant le paragraphe portant sur notre utilisation des Cookies.