Close

Nous vous présentons « The Cheetah », le guépard.

Une collection en l'honneur du champion américain et médaillé olympique Nelson Vails.

24 April 2019

Regardez Nelson Vails courir les Jeux de LA 84 et vous comprendrez rapidement pourquoi. L’instinct prédateur de Vails, développé grâce à son métier de coursier dans la jungle de béton, lui a permis de décrocher l’argent en resplendissant dans sa tenue rouge, blanche et bleue. Mais tout a commencé à New York.

« J'ai fait tellement de bornes à Central Park. Vraiment d'innombrables kilomètres », explique Vails. « Il y a une longue côte sur la 110e rue. Quand j'étais enfant, il fallait que je la grimpe jusqu’à ce que je me sente plus fort. C’était comme passer un diplôme. »

Ses succès ne se sont donc pas battis en un jour mais plutôt au fil du temps, après un travail acharné.

« Je n’ai jamais pensé à la distance que j’allais parcourir lorsque j’ai pris mon vélo pour la première fois » nous dit Vails lorsque nous le rencontrons à Central Park, son ancien terrain d’entraînement. « Je roulais si fort et si loin de la ville que je devais prendre un taxi pour rentrer chez moi. C'était bien avant qu’on fasse attention à la nutrition. Mec, je faisais probablement 130 bornes avec un bidon d’eau et pas de nourriture. Là je parle vraiment d'épuisement, de ce qu'ils appellent fringale aujourd'hui. Ce mot n'existait pas. Je n’avais tout simplement plus de jus. Ma mère devait aller à ma rencontre pour payer le taxi », rit Vails. « Elle devait être furieuse. »

« J’étais un magicien avec une baguette, c’est juste que je ne savais pas comment m'en servir. »

Mais cela ne veut pas dire que Vails ne savait pas qu’il avait ce qu’il fallait pour réussir, bien au contraire. « J’étais un magicien avec une baguette, c’est juste que je ne savais pas comment m'en servir. Je pouvais arriver, prendre des roues et suivre le plus fort du peloton de Central Park. Mais je ne faisais partie d’aucune équipe. »

À l'époque, le cyclisme aux États-Unis n’avait pas l’aura qu'il a aujourd'hui. C'était bien avant Lance Armstrong. Greg Lemond n'avait pas encore mis le cyclisme sur la carte pour les Américains. Tout cela restait encore à venir.

Et Vails a grandi à Harlem, l’un des quartiers les plus pauvres de New York. Même si les cartes ne jouaient pas en sa faveur, sa manière de rouler a attiré l'attention de Lenny Preheim, le propriétaire du magasin de vélo Toga, qui a senti que le jeune homme avait un truc en lui.

« L’équipe Toga Tempo était la première équipe cycliste de la ville de New York », déclare Vails. « Nous avions des tenues assorties, des vélos assortis. Les gens se moquaient, mais c'était de la jalousie, mec. Nous étions comme les équipes professionnelles d’aujourd’hui, avec tous les vélos alignés à l'extérieur du bus. Les nôtres étaient déjà alignés devant la camionnette il y a trente ans. »

C'est aussi Preheim qui a aidé Vails à commencer en tant que coursier à vélo.

« Lenny m'a trouvé un emploi de coursier à vélo à l’apogée du métier. C'était pour que je puisse être à vélo [un pignon fixe] et acquérir le coup de pédale. Ce travail a été choisi pour que je puisse devenir coureur cycliste. »

Pour ceux qui ne connaîtraient pas l’œuvre de Kevin Bacon, Vails est ensuite apparu comme coursier dans le film Quicksilver où il poursuit un taxi jaune dans lequel se trouve la star d’Hollywood. L’allure de prédateur de The Cheetah est bien visible dans ces brefs extraits du film. On le voit jouer avec sa proie alors qu’ils sillonnent la ville, donnant ainsi un précieux aperçu de sa vie de coursier.

« Oui, c'était dangereux, mais j'ai du talent. Je vois tout. Tu es sur le trottoir et tu hèles un taxi ? Et bien cela suffit à modifier le trafic », dit Vails, montrant ainsi que son aptitude à anticiper les changements allait lui être bénéfique sur la piste. « Moi, j’ai toujours un coup d’avance. C'est ce qui m'a gardé en vie. »

« Même si le film est arrivé plus tard, il montrait sa capacité à briller sur deux roues. Ce n'était qu'une question de temps avant que la notoriété du Cheetah ne dépasse celle de son territoire. En tant que champion de sprint de l'État de New York, il a été invité à courir au niveau national.

« J'étais arrogant, mec. J’intimidais direct le gars qui s’alignait. Tout allait en ma faveur. »

« Imaginez ça, un enfant de Harlem participant aux Championnats nationaux, » raconte Vails, un inconnu parmi ses rivaux. « Ils se sont dits qu’ils n’allaient faire qu’une bouchée de moi. J'ai gagné mes deux premiers tours et établi un record de piste. Ça c’est du Cheetah tout craché. Avant même que tu ne le réalises, j'étais déjà parti. »

Le travail acharné ayant porté ses fruits, le coureur de 24 ans endosse alors le maillot étoilé de l’équipe nationale avant les Jeux Olympiques. Une grande étape !

« C'était comme un costume de Superman, tu sais. Tu vois des pros sur des affiches ou à la télévision lors des Championnats du monde et ils portent le maillot du pays avec le cuissard de leur sponsor. Je me suis senti comme l’un des leurs. J’ai bossé pour ça. J’avais travaillé en étroite collaboration avec les entraîneurs pour réussir à piloter mon vélo avec intelligence et précision. J'allais faire de mon mieux. »

Vous pouvez toujours trouver la demi-finale en ligne, et elle fait toujours autant battre le cœur. Les deux coureurs s'arrêtent dans le virage final, Vails montant très haut dans la pente, dans l'attente de bondir. Toutes ces longues sorties hors de la ville, la course et l’entraînement à Central Park dans le vert et le jaune du Team Toga, avaient emmené Vails jusque-là. Le dénouement palpitant de cette finale et la victoire de Faye font l’effet d’un chaud-froid brutal. Mais ce n'est peut-être pas si important.

« Aujourd’hui, les gens ne se souviennent même plus de qui a gagné l'or », dit Vails. C’est le Cheetah de Quicksilver qui lui vole la vedette malgré sa médaille d’argent.

Collection Nelson Vails

Une collection spéciale pour le félin le plus rapide de la jungle de béton.

Nelson Vails Pro Team Jersey

Collection Rapha Nelson Vails

Nelson Vails Pro Team Bib Shorts

Nelson Vails Pro Team Sleeveless Baselayer

Collection Rapha Nelson Vails

Nelson Vails Cap

En vous inscrivant à la newsletter Rapha, vous déclarez avoir lu et accepté nos Conditions générales, et avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité, comprenant le paragraphe portant sur notre utilisation des Cookies.