Close

Les Manuels Rapha : Faites le vide

Les qualités méditatives du vélo sont fameuses, mais cela n’est pas qu’un ouï-dire. Voici ce que dit la science à propos du fait de faire le vide grâce au vélo.

16 July 2018

La vie peut être stressante. Nous pouvons avoir l’illusion de tout contrôler, mais parfois même les plus organisés peuvent se sentir dépassés. Au travail, une avalanche soudaine d’emails ou une réunion impromptue peuvent facilement vous distraire de ce que vous avez décidé de faire. À la fin de la journée, vous faites de moins en moins bonne figure et les différentes assiettes avec lesquelles vous avez essayé de jongler tout du long retombent les unes après les autres. Et ça ne s'arrête pas là. Parfois, même la maison ne constitue plus un lieu de repli à l’abri du chaos.

Depuis longtemps, les cyclistes louent les qualités méditatives du temps passé à vélo. Les pratiquants parlent souvent du « besoin » de rouler régulièrement, plutôt que du simple désir. Outre les effets évidents de l'exercice régulier sur l'humeur, le vélo semble offrir un remède de fond au chaos de la vie quotidienne. Patrick Drapac, un cycliste australien qui apparaît dans le film Rapha Outskirts : Route 66 dit à propos de cette sensation : « Il n’y a qu’à vélo que je peux avoir ce sentiment de satisfaction. C'est addictif. Je pense que tout cycliste serait d’accord avec cela. Pour moi, le vélo est comme une forme de thérapie à vie. Je ne cesse d’y revenir. »

L'ancienne championne britannique de cyclocross Helen Wyman, une autre cycliste qui connaît les propriétés méditatives d'une sortie, travaillait à temps plein pendant sa carrière de coureuse et trouvait dans le vélo un refuge contre le stress de la vie quotidienne. « Un vélo pour moi c'est la liberté : aller n'importe où, quand on veut, par soi-même », dit-elle. « Il n'y a rien de mieux que de déambuler au fil d'une journée ensoleillée, avec un vent de dos, sur une route tranquille, juste en écoutant les oiseaux et les grillons, embrassant le monde qui vous entoure. C’est le paradis. »

Comme vous le diront des psychologues tel que le Professeur Rob Copeland, le vélo c’est plus qu’un peu de vent dans les cheveux. « Il existe plusieurs mécanismes psychologiques étudiés qui relient le cyclisme au bien-être, le premier étant l'autonomie », explique-t-il. « Nous avons peu ou pas de contrôle sur certains aspects de nos vies mais le cyclisme vous permet de reprendre le contrôle. Vous déterminez votre vitesse, la direction que vous prenez et la durée de votre trajet. Contrairement à d'autres parties de votre vie, à vélo vous n'êtes redevable à personne. »

A quoi pensez-vous quand vous êtes à vélo ? Si vous avez du mal à vous en rappeler, c'est peut-être parce que souvent vous ne pensez à rien de particulier. Sur ses routes locales près de Sheffield, Copeland a peu de temps pour penser au passé ou au futur. « Si vos quadriceps souffrent, vous le ressentez de manière présente et c’est tout ce à quoi vous êtes capable de penser. En dehors du vélo, nous ne pensons pas comme ça : beaucoup d'entre nous s'inquiètent constamment de l'avenir ou ruminent le passé. Sur le plan psychologique, nous sommes dans un état d'activation constant, lié à des niveaux plus élevés d'hormones de stress. Faire du vélo peut-être un bon moyen de faire une pause, d’avoir un temps pour ne penser à rien. »

Plus vous roulez, plus vous serez capable de vous vider la tête de cette manière. Vous deviendrez également un cycliste naturellement plus fort et plus compétent. Au fur et à mesure que vous prenez confiance, un autre mécanisme psychologique puissant intervient, ce que Copeland appelle l'expérience de la maîtrise. « Tout le monde aime le sentiment de progresser dans un domaine », explique-t-il. « La capacité perçue d'une personne à accomplir une tâche est intrinsèquement liée à sa confiance, à son estime de soi et à son bien-être. En commençant à rouler plus souvent, vous progressez et devenez un cycliste plus fort et plus compétent. Cela a évidemment des avantages physiques, mais il se trouve que cela bénéficie également à la santé mentale. »

Bien que les avantages physiques d’une pratique cycliste régulière soient bien connus, c'est la liberté et le fait que cela change les idées qui attirent de nombreux cyclistes et les pousse à continuer à rouler semaine après semaine. Avec le vent dans vos cheveux, vous avez le contrôle, vous vivez l’instant présent et vous avez la capacité de penser à tête reposée.
 

Manuel Getting Started in Road Cycling

Pour obtenir des conseils sur la façon de prendre la route et de ressentir l'effet méditatif de la pédale, notre manuel Getting Started in Road Cycling est un excellent point de départ. Rempli de conseils utiles, il répond aux questions fréquemment posées par les nouveaux cyclistes et vous préparera deux fois plus rapidement à être en mesure de rouler.

Rapha Handbook 01 Getting Started in Road Cycling

Acheter maintenant

En vous inscrivant à la newsletter Rapha, vous déclarez avoir lu et accepté nos Conditions générales, et avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité, comprenant le paragraphe portant sur notre utilisation des Cookies.